Le Patrimoine

Source : Martial & Evelyne Blanc - les Amis du Patrimoine de Basse Tarentaise

Les Origines du Village

Mollier vue aerienne smallMollier vue aerienne

Le nom de la commune, vient d’une déformation patoisante de St Hyppolite, patron de la paroisse : Pol est devenu Paul.

La première mention écrite connue de cette paroisse date de 1170. Le fait même que cette paroisse est pour patron un saint des premiers siècles de l’église tend à montrer que St Paul existait déjà probablement au moment de la christianisation de la vallée, au Ve siècle.

 

Du Moyen-Age à la Révolution, le territoire se partage essentiellement en fiefs de 2 puis trois principaux seigneurs :

  • les archevêques de Tarentaise,
  • la famille d’Avallon qui deviendra Reydellet d’Avallon
  • les Duverger de Blay.

Cependant le fief principal est celui des d’Avallon.

Le Blason du Village

Blason de la commune de Saint Paul sur Isère (Savoie)

1991 - 29 mars : la commune se dote d’un blason dont le texte héraldique (symbolique des armoieries) est : « En chef de gueules à la croix d’argent et d'azur à trois fasces d'argent, celle du milieu chargée en cœur d'une croix tréflée de gueules, au lion d’or entravaillé sous la deuxième fasce qu'il broche de sa patte senestre, brochant sur les deux autres, la queue passant sur la 2e et sous la 1ère, s'arrondissant sur elle ».

La tour crénelée indique la présence d’une maison forte sur la commune. La croix de Savoie indique qu’il s’agit d’une commune de ce département, le reste du blason reprend les armes des d’Avallon en « adoucissant » les couleurs du lion.

Le Patrimone Bâti

Le patrimoine bâti du village emprunt de ce passé religieux déroule ses chapelles de hameau en hameau . Ces derniers conservent aussi quelques témoignages de la présence d’une population plus dense comme leurs fours ou leurs écoles.

 

  • Monslacon

Sa Chapelle:

Janvier 1540: première mention de la chapelle de Monslacon

dans un document écrit.

Située à 1200 m d’altitude

sur un chemin menant au col de Basmont,

elle est dédiée à Saint Bernard de Alpes et à saint Antoine.

chapelle montslacon 1 chapelle montslacon 2

 

 

 

  • Le Cudray

Altitude 763m

Le nom du hameau vient de “lieu où poussent le “cudres” :

coudriers, noisetiers

  • Sa chapelle construite en 1844 par les habitants du hameau,
    elle est dédiée à Sainte Apollonie et Sainte Agathe.
  • Rénovée en  2006, les peintures ont été réalisées
    par Brigitte Gorry et Martine Javalet,
    toutes deux artistes peintres assistées de Jacques Daret,
    technicien des couleurs
  • Son ancienne École, construite en 1878 par
    Joachim Avenengo de Feisson sur Isère pour 1994 francs.
    L’école ferme en 1963, elle est vendue
    et devient une résidence secondaire en 1985.
  • Son moulin à grains construit en 1854.
    En 1940, une grosse crue du torrent l’a totalement détruit
    il n’en reste que quelques ruines.

 

  • A noter

    au “hameau du pré” l’école du hameau, petit mazot de bois dont les façades présentent encore les tables berger qui servaient à la classe.

093 chapelle cudray apres reno

 

 

 

 

 

 

 

  • Le Parc

Altitude 630m

Le nom du hameau viens de “ la ou il y a un arc, un enclos”

  • Sa chapelle fondé par Jean Claude Roche dans son testament du 3 juin 1734, elle est dédiée à Saint Donas et Saint Saint Antonin sans que l’on sache pourquoi.
  • Son four, déjà là en 1730, il est resté quelques décennies inutilisable mais en 2004 il a été rénové.
  • Tout près du four, il reste le local où se trouvent le vieux pressoir et la pierre à cidre.
chapelle montslacon 1
chapelle montslacon 2
chapelle montslacon 2

 

 

  • Le Villard

 

Altitude 580m:

Le nom du hameau vient du latin “ villare, villa” village hameau  groupe  d’habitation.

  •  Sa chapelle fondée le 2 juin 1676 par acte de Claude Bozon Perrot,

elle est dédiée à Saint Grat, Saint Claude et Saint François de Sales.

Elle est ornée de fresques réalisées en 1949 par Jean Marie Pirot connu sous le nom d’Arcabas.

 

La chapelle entre dans le patrimoine à découvrir répertorié par  Savoie-MontBlanc

savoie-montblanc chapelle du villard

 
 villard chapelle  
  • Le thème principal des fresques de la chapelle est la vie de saint François de Sales.
  • Sur la façade extérieure, très dégradée, on reconnaît les allégories de l’Église et de la Synagogue.
  •  Au tombeau de l’autel il y a une résurrection de Lazare

 

 Autres éléments de son patrimoine bâti :

  • Son ancienne école jusqu’en 1884, année où l'inspection académique décide sa fermeture. Les écoliers se rendirent alors à l’école du chef-lieu .
  • Le bâtiment est actuellement une résidence principale.
  • Il existe quatres bassins au hameau, dont trois construits en granit de cevins en 1895.
 093 chapelle cudray apres reno

 

 

 

 

  • Le Replein

Altitude 580m

Le nom du hameau viens de “ replat”, petit terrain plat sur le pente de la montagne.

Patrimoine bâti:

  • son four, construit en 1856 et toujours entretenu, est encore utilisable aujourd'hui.
  • son bassin installé en 1929 avec l'arrivée de l’eau potable.

 

 

Les édifices religieux du centre du village valent aussi le détour, à commencer par l’église paroissiale de la fin du XVIIe siècle avec ses remarquables « Grisailles », retables en trompe-l’œil sur les murs du transept.

eglise
eglise
eglise

ou la chapelle  St Roch au lieu-dit des Champs ;

eglise
eglise

qui comme la chapelle du Villard renferme des œuvres contemporaines.

Concernant les anciennes demeures seigneuriales,

la principale est le château des d’Avallon récemment rénové suite à un incendie, et dont une grande partie des murs datent de la fin du XIIIe ou début du XIVe siècle.

eglise
eglise

 

 

Il y a également la demeure « Beauséjour » des Duverger de Blay,

petit séminaire à compter de 1910 et actuel collège St Paul/Apprentis d’Auteuil ;

enfin, une propriété privée, localement appelée « château Dimier »,

à l’origine appartenant aux d’Avallon.(photo ci contre)

La mairie, à l’origine mairie-école, date de 1845/46 

 eglise
 

eglise

 

 

Retrouvez plus d’information en mairie, vente de guides édités par les Amis du Patrimoine

 

Le Patrimoine Naturel

 

Le village est riche de paysages et d'espaces naturels préservés :

  • Cascade du Bayet

eglise

  • Paysages variés :

Forêt, pleines cultivés, pentes ensoleillées laissant encore apparaitre les vestiges des terrasses où poussait la vigne

 
eglise
eglise
  • Sommets

Dent du Corbeau - Lanche - Grand Arc, sont les principaux sommets qui marquent la limite superieure de la commune.

crédit photo :credit@altituderando
eglise
eglise
eglise
 
 
  • Les Alpages et l’agropastoralisme

Le territoire de la commune de Saint Paul sur Isère est emprunt d’un patrimoine pastoral fort.

La présence d’Alpages et d’une vie agricole active se retrouve dans le paysage. Les chalets d'alpages tel, la Gittaz, Charvan loué aux alpagistes ou de plus petits comme le Golet, la Bottière, le Chalet de la Lanche, le chalet du Quejay, la Léchère, la Bourne tous ouverts tout au long de l'année ponctuent le paysage.

IMG 1062   IMG 1074

 

 

Le Patrimone Culturel

Le village a été un lieu d’accueil pour des peintres, hommes de lettres,  de renommée.

  • Louis Dimier:

Louis Dimier

Professeur (lycées de Saint-Omer et de Valenciennes, collège Stanislas à Paris), directeur de l'Institut d'Action française (1907-1920)

Historien et critique d'art, traducteur, écrivain

source : INHA - WIKIPEDIA

 
  • Henri Dimier :(1899-1986), fils de Louis Dimier

Louis Dimier

Sa famille était propriétaire d’une ancienne bâtisse seigneuriale aux Champs

Peintre, il a partagé son temps entre Paris où il a côtoyé de nombreux artistes et écrivains : Cocteau, Picabia, Modigliani et St Paul  où il s'adonnait à son art.

 

eglise

 

Précurseur du recyclage, il utilisait entre autres, les papiers d’emballage pour ses créations. Fasciné par les textures, les pigments, il travaillait ses couleurs avec attention.

 
Toile Dimier
Extrait de
 
 
 
 

Un artiste a plus particulièrement marqué le territoire de son emprunte :

  • Arcabas

Jean Marie Pirot dit Arcabas,  dont la belle famille habitait le Villard

Louis Dimier
(credit@Dauphiné libéré)

 Né en 1926 en Lorraine (France). Diplômé de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, Arcabas a fait de nombreuses expositions aussi bien en France (Paris, Lyon, Grenoble, Marseille, Strasbourg…) qu'à l'étranger (Berlin, Francfort, Bruxelles, Bruges, Ostende, Luxembourg, Bergame, Ottawa, Panama…)

Ses œuvres figurent tant en Europe qu'au Canada, Japon, Etats-Unis, Mexique… dans différentes collections publiques (Musée de Grenoble, Bibliothèque Nationale de Paris, Pinacothèque Internationale de Waterloo, Université d'Ottawa (Canada), Cuernavaca (Mexique) et collections privées.

arcabas-credit photos E Blancc
arcabas-credit photos E Blanc

Il a effectué également divers travaux pour le gouvernement français et des collectivités locales (mosaïques, fresques, vitraux), mais son œuvre monumentale principale est l'Ensemble d'art sacré contemporain de l'église de Saint-Hugues de Chartreuse, commencé en 1953 et terminé en 1986, qui a fait l'objet d'une donation au département de l'Isère dans le cadre du patrimoine.

Dans le domaine du théâtre, de 1961 à 1972, il crée les décors et costumes de "La Danse de Mort" de Strindberg, "Le Journal d'un Curé de Campagne" de Bernanos et "Les Justes" de Camus avec la Comédie des Alpes, "L'Histoire du Soldat" de Ramuz et Stravinsky à l'Opéra du Centre National des Ars du Canada.

 Professeur titulaire, chef d'atelier de peinture à l'Ecole des Beaux Arts de Grenoble de 1950 à 1969.

De 1969 à 1972, "artiste invité" par le Conseil National des Ars du Canada et professeur titulaire à l'université d'Ottawa, il fonde et dirige "l'atelier collectif expérimental". De retour en France, il fonde et dirige l'atelier d'arts plastiques "Eloge de la Main" à l'université des sciences sociales de Grenoble.

Jusqu'à sa disparition en 2018, il n'a cessé de travailler dans son atelier de Saint-Pierre de Chartreuse (Isère).

Sources : site web arcabas - musée Arcabas en Chartreuse - St Hugues